• Une œuvre de charité fondée en 1733

    L’hôpital civil de Rochefort a été fondé en 1733 par l’abbé Charles JOUVENON, curé de Saint-Louis de Rochefort. Destiné aux « pauvres malades des deux sexes », l’établissement était aménagé dans deux maisons situées dans l’angle nord-ouest de la ville remparée, ne comprend à l’origine que quatre lits à deux places.

    Poussée à douze malades des deux sexes, sa capacité d’accueil est augmentée vers 1750, lorsqu’une nouvelle aile, comprenant 25 lits pour homme, 20 lits pour femme et une chapelle sont bâties. A nouveau agrandi en 1766 par l’adjonction d’un corps de bâtiment de servitudes, l’édifice se voir doter en 1801 d’une partie gagnée sur une maison mitoyenne et destinée à héberger environ quatre-vingts enfants abandonnés.

  • 196.jpg
  • Maternité 1932
  • Une première maternité dès 1853

    Jugé vétuste et d’une capacité d’accueil insuffisante, le maire et le conseil municipal proposent en 1852 de reconstruire le vieil hôpital Saint Charles à partir de la Chapelle. L’architecte Félix LAGARDE conserve le principe général d’un édifice composé de trois ailes autour d’une cour. La première pierre de l’édifice est posée le 12 avril 1853 en présence de l’entrepreneur Médéric CASSAIGNE et de l’architecte qui meurt quelques mois plus tard, avant l’achèvement du chantier.

    Bien que bon nombre d’accouchements aient lieu à domicile, une maternité est établie dès 1853 mais c’est en 1932 qu’un rapport évoque la nécessité de construire une véritable maternité à l’hôpital civil de Rochefort.

  • Un concours est lancé en octobre et c’est l’architecte de la ville, René LAVOINE, qui remporte les suffrages du jury. La première pierre de l’édifice est posée le 4 novembre 1935. Tombé aux mains de l’occupant en 1940 puis dans celles du service de Santé Militaire en 1944, le bâtiment est rendu à l’administration des hospices civils et ne remplit ses fonctions qu’à partir de 1945.

    1972, l'hôpital Saint-Charles

    Le réaménagement du bloc chirurgical, en 1956, constitue un nouveau pas important vers la modernité. Peu de temps après, deux éléments déterminants déclenchent une réflexion de fond sur l’avenir de l’établissement : une décision ministérielle qui prévoit de supprimer les dortoirs dans les hôpitaux français avant 1962 et un rapport alarmant sur la vétusté des lieux et les dégâts causés par une invasion de termites à l’intérieur des bâtiments élevés en 1853.

  • 198.jpg

L’architecte Marc QUENTIN, successeur de René LAVOINE, est désigné pour conduire le projet de reconstruction de bâtiments neufs à la place de ceux qui existent. Il opte pour un hôpital barre accompagné de bâtiments bas facilement extensibles. Une chapelle aux lignes résolument modernes est élevée à l’emplacement de celle qui avait été construite en 1870 sous la conduite de l’architecte bordelais Gustave ALAUX

  • 199.jpg
  • Le nouvel hôpital Saint-Charles est inauguré en 1972 après bien des péripéties qui ont conduit la municipalité à supprimer un tronçon de la rue du Docteur Peltier. Ainsi, l’immeuble barre peut venir s’emboîter dans la maternité construite de l’autre côté de la rue une trentaine d’années plus tôt.

    Son architecture massive et impersonnelle, ses matériaux, ses couleurs et ses lignes verticales offrent un violent contraste avec le tissu urbain ancestral de la vieille ville et s’affiche comme un symbole de renouveau et plonge Rochefort dans l’ère de la modernité.

2011, un nouvel hôpital moderne pour le bassin de Rochefort

Un nouveau Centre Hospitalier a ouvert ses portes en mars 2011. Il est implanté à la périphérie de Rochefort dans la zone de Béligon.

En savoir plus sur le Nouvel Hôpital